LES AMISH

Pendant la Réforme au 16 iéme siècle, Luther et Calvin ont prêché la liberté individuelle et le fait que les âmes pouvaient être sauvées par la grâce de Dieu plutôt que par les sacrements de l'Eglise. Certains convertis sont allés plus loin, dans ce qui a été appelé La Réforme Radicale, ils ont estimé que les croyants devaient vivre en marge des activités de la société. Un des groupes les plus importants était les Anabaptistes (rebaptiseurs), apparu en 1525 à Zurich.

Ils prêchaient

Le baptême à l'age adulte après une profession de foi, au lieu du pédo-baptisme ou baptême pendant l'enfance. Les enfants n'ayant pas connaissance du bien et du mal, ils ne peuvent pas pêcher et n'auraient aucun bénéfice à être baptisés.

La séparation de l'Eglise et de l'Etat.

Les services religieux à la maison plutôt que dans des églises.

C'étaient des associations de chrétiens adultes, non soumises aux autorités locales, ce qui était en total contraste avec les églises d'état qui étaient la règle à cette époque.

La plupart de ces groupes ont été exterminés comme hérétiques pendant des guerres ou des génocides organisés par des gouvernements tant catholiques que protestants. Ils étaient souvent brûlés ou mis dans des sacs et jetés dans les rivières. Certains états recrutaient des chasseurs de primes qui pourchassaient les anabaptistes.

Un de leurs leaders, un ancien prêtre catholique hollandais appelé Menno Simmons (1496-1561) donna son nom à ces groupes, les Mennonites. Devant les persécutions dont ils étaient victimes, les Mennonites se réfugièrent en Suisse et en Alsace.

Tout au long du 17 iéme siècle, une importante immigration suisse est venue renforcer les communautés anabaptistes dispersées en Alsace. A la fin du siècle, une soixantaine de familles est venue s'installer à Sainte Marie aux Mines sous la conduite de leur patriarche Jacob Amman qui aurait exercé la profession de tailleur. Par sa forte personnalité, il a incité ses frères d'Alsace à plus de rigueur dans leurs pratiques religieuses et à une plus grande simplicité de vie et à une tenue vestimentaire plus simple. Il est alors entré en conflit avec les autres anabaptistes. Il se basa sur la "Profession de foi de Dordrecht" écrite en 1632. Un membre qui ne se conforme pas aux règles de la communauté est excommunié, les autres ne doivent plus avoir de contacts avec lui et sa femme ne doit plus dormir ou manger avec lui tant qu'il ne se repend pas et ne change pas d'attitude. Cette mesure d'ostracisme, appelée "Meidung" ou "Shunning" n'étant pas destinée à éloigner le fautif mais plutôt à le ramener dans la communauté.

Cette excommunication est basée sur Matthieu, versets 18, 15-17 "Et si ton frère pêche contre toi, va, convaincs-le, entre toi et lui seul ; s'il t'écoute, tu as gagné ton frère ; mais s'il ne t'écoute pas, prends avec toi une ou deux personnes, afin que par la bouche de deux ou de trois témoins toute parole soit établie. Et s'il ne veut pas les écouter, l'assemblée non plus, qu'il te soit comme un homme des nations et comme un publicain."

Et sur la première épître aux Corinthiens "Je vous écris que si quelqu'un appelé frère est fornicateur, ou avare, ou idolâtre, ou outrageux, ou ivrogne, ou ravisseur, vous n'ayez pas de commerce avec lui, que vous ne mangiez pas même avec un tel homme."

Et sur l'épître aux Romains "Or je vous exhorte, frères, à avoir l'œil sur ceux qui causent les divisions et les occasions de chute par des choses qui ne sont pas selon la doctrine que vous avez apprise ; et éloignez-vous d'eux."

De Jacob Amman vient le nom des Amish. Par son travail acharné, cette communauté a fortement développé la vallée de Sainte-Marie aux Mines. Mais leur succès économique a fait des envieux et en 1712, l'intendant d'Alsace ordonna à tous les baillis de chasser les anabaptistes hors de France avant le mois d'octobre.

Certains Amish ont émigré aux USA. Ils se sont établis en Pennsylvanie et ensuite ont migré principalement dans l'Illinois, l'Indiana, L'Iowa, le Missouri, l'Ohio et d'autres états.

Ils ont cherché à garder la culture rurale de l'Europe du 17 iéme siècle. Vers 1860 une conférence a étudié l'attitude à prendre devant les pressions de la vie moderne. Il en est résulté des scissions entre les plus conservateurs, "Les Amish de l'Ordre Ancien" et des groupes plus libéraux, les Mennonites qui se distinguent moins des autres américains. On compte maintenant dans le monde, plus d'un million de Mennonites dans plus de 60 pays et qui parlent 78 langues.

On estime qu'il y a à l'heure actuelle 100 000 Amish de différents groupes. 90 % d'entre eux sont des descendants de parents Amish.

Leurs communautés regroupent de 30 à 40 familles donc 250 à 300 personnes.

Chaque district est autonome, il n'y a pas d'organisation centrale.

Leur mode de vie est réglé par une tradition orale, l'Ordnung dont certains détails peuvent varier d'un district à l'autre.

Ils parlent entre eux un dialecte allemand, le "Pensylvania Dutch" qui est un dialecte allemand, le haut allemand étant utilisé pour les offices car leur bible est en allemand. Ils apprennent l'anglais à l'école.

Ils font une lecture littérale de la Bible.

Les Amish vivent "dans ce monde mais ne sont pas de ce monde" , ils parlent des "anglais" pour désigner les non-amish.

Ils célèbrent leurs offices religieux un dimanche sur deux, dans une des maisons du groupe à tour de rôle, il n'y a pas de temple. Ces offices durent 4 heures, ils consistent en chants, deux prières, une lecture de la Bible, un sermon d'ouverture qui dure une demi-heure et un sermon principal d'une heure à une heure et demie. Leurs diacres et évêques, tous des hommes, sont élus parmi ceux qui en sont jugés dignes. Ils remplissent leur ministère à vie. Comme Jésus a pris des hommes simples comme disciples, les Amish pensent qu'il n'est pas nécessaire que leurs leaders aient une éducation spéciale.

Les dimanches sans office religieux sont consacrés aux visites aux amis et voisins.

Deux fois par an, au printemps et en automne, ils pratiquent le service de la communion et le lavage des pieds. La cérémonie commence à 8 heures le matin et se termine vers 5 heures l'après-midi.

Ils célèbrent les fêtes traditionnelles chrétiennes avec en plus un jour de jeûne le 11 octobre qui est pour eux la fête de l'archange Saint Michel.

Les instruments de musique sont interdits pour les Amish de l'ordre ancien. Leur livre de cantiques, le Ausbund allemand remonte au 16 ième siècle, il n'a pas de notation musicale aussi les mélodies sont transmises oralement de génération en génération.

Les rapports entre hommes et femmes sont régis par la première épître aux Corinthiens " ..mais la femme est la gloire de l'homme. Car l'homme ne procède pas de la femme mais la femme de l'homme ; car aussi l'homme n'a pas été créé à cause de la femme, mais la femme à cause de l'homme."

Un Amish est considéré comme adulte le jour de son seizième anniversaire. Certains groupes pratiquent ce qu'on appelle "rumspringa" qu'on peut traduire par "aller voir ailleurs". Les jeunes de plus de 16 ans se voient accorder plus de liberté, ils peuvent rester à la maison, ou aller chez les "anglais", voir le monde extérieur, boire de l'alcool, porter des jeans etc. Le but est qu'ils soient sûrs d'eux quand ils décident de recevoir le baptême. 80 à 90% choisissent de rester Amish. Ceux qui ne reviennent pas rejoignent souvent des groupes Mennonites.

Tout mariage en dehors de leur religion est interdit, les couples qui veulent se marier publient leurs bans à la fin du mois d'octobre et les mariages sont célébrés dans une de leurs maisons en novembre ou décembre. Le divorce et l'homosexualité ne sont pas admis.

Chaque couple a en moyenne 7 à 8 enfants.

Certains groupes ont des problèmes génétiques car ils ne se marient qu'entre eux. Presque tous sont les descendants de quelques 500 émigrants arrivés au 18 ième siècle. De ce fait il n'y a qu'une trentaine de noms de famille. Il y eut une école où pendant 10 ans, 95% des enfants, et y compris l'instituteur s'appelaient Stolzfus. Leurs prénoms sont tous tirés de la Bible.

Les Amish ne se défendent pas devant les tribunaux car la Bible dit de tendre l'autre joue.

Ils ont leurs propres écoles qui ne comprennent qu'une seule pièce et l'instruction ne dépasse pas celle de l'école élémentaire. Toute éducation ultérieure est découragée car inutile pour faire un bon croyant. Toutefois à des tests standardisés, les jeunes Amish se sont situés au dessus des jeunes américains des écoles publiques. L'apprentissage des enfants est continu dans la famille et dans le groupe, dès leur tout jeune âge, les garçons apprennent à devenir paysan, charpentier, menuisier ou tout autre métier artisanal. Une fillette de 12 ans est capable de préparer les repas pour toute une équipe de travailleurs.

Les Amish pensent que leurs vêtements encouragent l'humilité et la séparation d'avec le monde, ils les considèrent non comme un costume mais comme une expression de leur foi.

Suivant le psaume 133, "C'est comme l'huile précieuse répandue sur la tête, qui descendait sur la barbe, la barbe d'Aaron qui descendait sur le bord de ses vêtements", les hommes se laissent pousser la barbe quand ils sont mariés, mais rasent leurs moustaches parce qu'il y a 3 siècles tous les soldats avaient des moustaches.

Les vêtements des hommes sont simples, de teinte foncée. Leurs vestes n'ont pas de revers et pas de poches extérieures, et se ferment par des crochets et des œillets. Leurs pantalons à pont ou "pantalons à porte de grange" comme ceux des marins, sont soutenus par des bretelles, leurs chemises sont d'une seule couleur et se ferment par des boutons. Ils ne portent pas de cravates. Chaussettes et chaussures sont noires ou brunes pour le travail.

Les robes des femmes sont longues (pas plus courtes qu'a mi mollet), simples et d'une seule couleur, les manches sont longues, un bonnet, un tablier et une cape complètent l'uniforme. Le bonnet est blanc si la femme est mariée, noir si elle est célibataire. Une petite fille doit porter un bonnet dès qu'elle sait marcher. Les femmes ne coupent pas leurs cheveux et les rassemblent en chignons, elles ne portent pas de bijoux. Maris et femmes ne portent pas d'alliance.

A sa mort, une femme est en général enterrée dans sa robe de mariée qui est souvent de couleur bleue ou violette.

Les funérailles ont lieu à la maison, sans discours ni fleurs, le cercueil est simple, le couvercle est en deux parties à la mode américaine, et sans décor. Une simple pierre tombale verticale marque la tombe. Les tombes d'une même famille ne sont pas regroupées, elles suivent l'ordre chronologique. Il n'est pas nécessaire de les regrouper car les âmes des défunts se retrouvent.

Ils ne prennent pas de photos et n'aiment pas être photographiés, selon le verset 20-4 de l'Exode : "Tu ne te feras point d'image taillée, ni aucune ressemblance de ce qui est dans les cieux en haut, et de ce qui est dans les eaux et en dessous de la terre". Suivant cette règle, les petites filles jouent avec des poupées qui n'ont pas de visage.

Ils n'acceptent rien de l'Etat, mais ils paient leurs impôts, ils ne font pas d'objection à "payer à César ce qui est à César", mais refusent toute idée d'assurance. Pour eux, l'assurance c'est un manque de confiance en Dieu. Le Social Security Act, ou l'assurance vieillesse a été étendue aux agriculteurs en 1955. Pour les Amish, le soin des personnes âgées est l'affaire de la famille et de la communauté, pas celle du gouvernement. La première épître à Timothée dit "Mais si quelqu'un n'a pas soin des siens et spécialement de ceux de sa famille, il a renié la foi et il est pire qu'un incrédule".

Les Amish refusèrent de payer leurs cotisations d'assurance vieillesse et fermèrent même leurs comptes en banque pour qu'on ne puisse pas leur faire de prélèvements automatiques. L'IRS qui est le fisc américain voulut faire un exemple et saisit une partie des biens d'un leader Amish, Valentine Byler qui devait 308 dollars et 96 cents, celui-ci était en train de faire ses labours de printemps, le fisc est venu lui saisir 3 de ses 6 chevaux avec leurs harnais. L'affaire fit grand bruit dans tout le pays. Il fallut attendre dix ans, le 13 août 1965 pour que le Président Lyndon Johnson signe un texte qui exempte les Amish des paiements pour l'assurance vieillesse.

Quand un couple Amish prend sa retraite, la ferme passe à son dernier fils et une extension de la ferme est bâtie pour lui, c'est la maison du grand-père. Cette extension a une cuisine, donc le couple âgé est indépendant. Si un couple âgé et sans enfant vend sa ferme, une extension est aussi construite pour lui. Les Amish sont donc mariés à vie avec leur ferme. Il n'y a pas de maison de retraite.

Les Amish rejettent toute implication avec les militaires ou la guerre, ils ne votent pas et ne prêtent pas serment. Pendant les deux guerres mondiales, ils ont fait un "Service Volontaire" de deux ans dans des hôpitaux ou dans des tâches d'assistance. Pour ceux-ci, il a été parfois difficile de se réintégrer dans la communauté Amish.

Faire flotter et saluer le drapeau américain, chanter l'hymne national est pour les Amish, contraire à leur interprétation de la Bible, c'est une forme d'idolâtrie. Les événements du 11 septembre ont renforcé leurs sentiments pacifistes, ils se sont prononcés contre les guerres en Afghanistan et en Irak.

Ils n'ont ni électricité, ni radio ni télévision. Toutefois ils peuvent fabriquer eux-mêmes leur électricité, l'essentiel est de ne pas être raccordés au réseau, "ne vous conformez pas à ce siècle", (épître aux romains 12.2). Ils utilisent des bouteilles de gaz pour des chauffe-eaux, des cuisinières ou des réfrigérateurs.

Les Amish n'ont pas de téléphone mais peuvent utiliser les cabines installées sur le domaine public.

Les Amish n'ont pas d'automobiles et se déplacent dans des buggies tirés par des chevaux. Ces buggies sont généralement de couleur noire ou parfois grise pour certaines communautés. Ils ne doivent pas donner une image de statut social mais refléter l'égalité de tous. Mais en cas de besoin, les Amish peuvent utiliser des voitures conduites par quelqu'un d'autre. Seule la possession d'une voiture est interdite. Les enfants surtout se déplacent en bicyclettes.

Leurs machines agricoles sont tirées par des chevaux, quelques Amish ont un tracteur, mais sans pneus pour ne pas être tentés d'aller sur la route. Ce sont d'excellents fermiers. Ils ne traient plus leurs vaches à la main mais utilisent des équipements modernes qui ne sont pas électriques. Ils cultivent du blé, du maïs, du fourrage, du tabac, du soja, de l'orge, des pommes de terre et d'autres légumes. Peu d'Amish fument mais le tabac est une importante source de revenu. Certains Amish ont des problèmes de conscience et remplacent le tabac par d'autres cultures.

Si une ferme brûle, une centaine de voisins arrive pour la reconstruire, ils partent en laissant une poignée de clous à planter pour que le propriétaire puisse finir lui-même.

Leurs activités sont essentiellement agricoles et artisanales. Les femmes, en plus des tâches ménagères, cultivent leur potager, elles cousent aussi des dessus de lit en patchwork, les "quilts" qui rapportent un revenu non négligeable à la communauté. Les quilts qui sont originaires d'Inde et de Mésopotamie et ont été ramenés en Europe par les croisés. Ils ont connu un grand essor en Angleterre et bien sûr dans la colonie anglaise d'Amérique. Ils ont donc bien correspondu à la frugalité et à l'art de la récupération des femmes Amish. Interrogées en 1990 par des sociologues, par la question suivante "quelles sont les plus belles choses au monde", un groupe de femmes Amish a répondu ainsi :

Ma famille et mes enfants

Mon jardin

Mes quilts

Ils ne cultivent pas d'OGM et n'utilisent pas de produits polluants.

L'artisanat c'est surtout de la menuiserie, le mobilier amish en chêne ou merisier massif est renommé.

Il n'y a pas trace d'Amish qui aient possédé des esclaves à une époque ou l'esclavage était pratique normale. Ils ont toutefois employé des émigrants qui payaient leur voyage vers le Nouveau Monde en s'engageant à travailler dans une famille pendant plusieurs années.

Bien que les Amish aient un régime riche en calories, trois repas par jour, viandes, sauces, œufs, jambon, gâteaux, lait et sucre, fruits et légumes, il n'y a que 4% d'obèses chez eux pour plus de 30% pour les autres américains. Les études qui ont été faites montrent que c'est dû à leur intense activité physique tant pour les hommes que pour les femmes. Une étude a été faite sur 98 amish adultes, équipés d'un podomètre, ils ont fait en moyenne 18 000 pas par jour pour les hommes et 14 000 pour les femmes. Les américains n'en font que 2 à 3 000.

Les Amish ne s'opposent pas à la médecine moderne, chirurgie, hospitalisation, soins dentaires, anesthésie et même transfusions. Ils se groupent pour payer les frais médicaux de ceux qui en ont besoin. Il y eut en 1979 une épidémie de polio parmi les Amish et il a fallu une campagne de vaccination en urgence.

Les Amish utilisent beaucoup de recettes et de médicaments traditionnels. Par exemple, pour soigner la prostate ils recommandent de couper les barbes d'une demi douzaine d'épis de maïs, d'en faire du thé et de le prendre trois fois par jour pendant une semaine. Si cela ne marche pas, on peut mâcher des graines de potiron.

On parle souvent du film "Witness" avec Harrison Ford, il est assez fidèle mais ne reflète qu'une partie de la vie des Amish. La ferme était un décor et les acteurs n'étaient pas des Amish.

Il y a plus Amish que l'ordre ancien, les Swartzenruber Amish. Ils ont fait sécession en 1913 parce qu'ils considéraient que les autres Amish étaient trop modernes. Leur règlement est très strict et gouverne leur vie dans tous les domaines. Style, couleur et dimensions des vêtements sont définis. Les dimensions des meubles sont définies, les meubles doivent être noircis parce qu'il serait trop fantaisiste de laisser voir le grain du bois. Les dimensions des portes et des fenêtres sont aussi définies et leur taille trop petites sont en contradiction avec les normes en vigueur aux USA. Il en est de même pour la couleur des murs intérieurs, des rideaux, de la vaisselle, des draps et couvertures. Les relations entre époux sont aussi, on peut s'en douter, sévèrement réglementées.

Pour conclure, on peut citer la question que se posent les Amish devant toutes les nouveautés technologiques : "Dans quelle mesure ces nouveautés sont-elles vraiment utiles à l'unité de la famille, de la communauté et au respect des traditions religieuses"? On peut aussi se demander, combien de temps encore les Amish pourront sauvegarder leur mode de vie ?